The dark side of the web
Un écran peut vite vous rendre accro et vous faire perdre les réalités de la vie quotidienne.

 Le meuporg, ou la face cachée du journalisme d’investigation

Un écran peut vite vous rendre accro et vous faire perdre les réalités de la vie quotidienne.

« Un écran peut vite vous rendre accro et vous faire perdre les réalités de la vie quotidienne. »

C’est par cette phrase que commence ce brillant reportage. Le syndrome addictif des jeux vidéo en ligne est ensuite remarquablement mis en exergue jusqu’au moment fatidique où la « failitude » , pour reprendre une expression qu’aurait pu inventer une fameuse conseillère régionale du Poitou, arrive avec ardeur lorsque le mot « meuporg » est prononcé par le journaliste (à 0’34’’ pour les impatients), non sans difficulté mais avec tout le sérieux qui le caractérise. Un mot qui n’existe pas, mais qui a déjà généré du buzz, à un tel point qu’il ne sera pas étonnant de trouver sa définition dans le Larousse de 2012.

L’écriture de ce nom ô combien « barbare », comme tout un chacun en conviendra, est tout aussi hasardeuse que la prononciation, avec un délicieux « MMMPORPG » épelé non sans mal. On applaudira l’effort de glisser seulement deux fautes dans un sigle composé initialement de 6 lettres. Pas besoin d’épiloguer des heures, le sujet n’est tout simplement pas maîtrisé. Allez, place à l’action avec la vidéo à la source du buzz :

PS : moi qui cherche encore à exploiter de manière juteuse quelques noms de domaine, j’ai pu constater que meuporg.com vient d’être déposé, et, pour le coup ça semble être dû au hasard, mais c’est pareil pour meuporn.com ! Du massive multiplayer online porn, voila un concept prometteur qui risque d’aller loin (ou profond, au choix).

 Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.