Born to be wired

 Chirurgie sur meuble Ikea : amputation et greffe

Une fois n’est pas coutume, ce billet sera consacré aux travaux manuels. Sa rédaction est partie du constat suivant : il me fallait à la base un petit meuble d’appoint pas cher pour accueillir, dans l’interstice entre un mur et l’accoudoir de mon canapé, l’un de mes téléphones SIP. Les détails de la mise en service de ces téléphones et les possibilités qu’ils m’offrent n’entrant pas dans le cadre de ces travaux manuels, ils seront détaillés dans d’autres articles à vocation purement technique.

Pour parvenir à mes fins, j’avais donc récupéré quelques panneaux de bois pour 5 euros au coin des bonnes affaires Ikea. Je voulais que le meuble soit rouge, mais après plusieurs visites je n’ai pas trouvé de planches rouges pourvues de chants, je me suis alors rabattu sur du noir. La découpe a été par la suite effectuée dans ma cave, à la scie égoïne rouillée, avec peu ou pas de lumière, avec peu ou pas de matériel. Il en a résulté un montage bâtard, bancal, et tout simplement moche. Bref, la sentence est sans appel : je savais déjà que j’étais une bûche en cuisine, voila que je suis également une quiche en menuiserie.

Pour remplacer cet erzatz de meuble, j’ai commencé à fouiller sur le net pour voir ce qu’il existait. J’ai creusé pas mal de temps, sans trouver vraiment ce qui me convenait. Et puis en reprenant une douzième fois les mesures de l’espace disponible, je me suis rendu compte que c’était pile-poil les dimensions de la tour CD/DVD/Blu-ray BENNO(*) de la firme Suédoise de meubles à monter soi-même. Avec une différence d’environ 1.50 m sur la hauteur, évidemment.

Ikea ne proposant pas de déclinaison BENNO à la hauteur souhaitée (63 modestes centimètres), je me suis dit que j’arriverais au résultat espéré en découpant un meuble existant. Seulement, hors de question de charcuter un meuble neuf à 35€ !

Une petite recherche sur Leboncoin plus tard, je trouve un BENNO rouge, pile-poil la couleur que je souhaitais, à 5€, réglé avec Eurocard Mastercard la monnaie des courses au Super U. Ah oui, j’oubliais, un BENNO de 2 m de hauteur, c’est assez volumineux quand c’est emballé dans le carton sorti d’Ikea, mais ça l’est encore plus quand il faut le trimballer déjà monté. Pour ce type d’opération, n’hésitez pas à prévoir un véhicule adapté.

(*) À l’heure où j’écris ces lignes, le produit BENNO a été renommé GNEDBY. La raison : l’ancien nom était trop facilement prononçable. Heureusement, GNEDBY est tout pareil que BENNO, sauf le nom (plus à même de provoquer une dyslexie), sauf le choix de coloris (moins important), et sauf le prix (plus cher).

Et maintenant, le détail de l’ikehack :

Premièrement, exit la sombre cave à tournantes au sous-sol de mon immeuble, je réalise l’opération à la campagne, dans un garage dégagé et éclairé. Exit également le matériel de substitution, je trouve sur les lieux une scie à onglets correctement aiguisée, avec une largeur de table suffisante pour accueillir les panneaux de bois du meuble à amputer. Attention aux scies électriques : elles ont en général la réputation de faire de gros éclats en surface des planches mélaminées ou stratifiées. Avant d’entailler quoi que ce soit, je démonte le meuble d’origine, et reprends les mesures.

Je mets en place le premier panneau de bois sur la table de la scie à onglets, en le maintenant solidement par des tasseaux et serre-joints. J’ai choisi de garder la partie haute du meuble d’origine, car celle-ci dispose du chant sur le dessus, ce qui sera plus agréable sur le plan esthétique une fois le meuble finalisé.

Avec un panneau de bois plus large d'un centimètre, j'aurais dû trouver un autre modèle de scie...

Avec un panneau de bois plus large d’un centimètre, j’aurais dû trouver un autre modèle de scie…

Le panneau de particules est positionné de telle sorte que la face visible soit sur le dessus, et les premiers gestes de découpe sont exécutés précautionneusement, toujours dans le but d’empêcher ou minimiser les éclats sur la feuille mélaminée. Une attention particulière est portée en fin de découpe : il faut y aller en douceur.

Découpe terminée. Tout se passe bien si on évite de violenter le panneau de bois.

Découpe terminée. Tout se passe bien si on évite de violenter le panneau de bois.

Le résultat est satisfaisant : pas d’éclats constatés.

Pas d'éclat de mélamine sur la face visible ! Le résultat n'aurait pas été le même en utilisant une scie circulaire.

Pas d’éclat de mélamine sur la face visible ! Le résultat n’aurait pas été le même en utilisant une scie circulaire.

On ébavure avec un léger coup de lime. Cela donne un résultat plus propre.

Pas d'éclat non plus au verso, l'opération la plus délicate s'est bien déroulée.

Pas d’éclat non plus au verso, l’opération la plus délicate s’est bien déroulée.

La même punition est appliquée au panneau de fibres de bois, souple, constituant le dos du meuble. Attention aux mesures, il ne doit évidemment pas avoir la même taille que les panneaux de particules découpés précédemment.

Il a fallu surélever le panneau souple à l'aide de petits tasseaux de bois afin qu'il puisse être découpé proprement.

Il a fallu surélever le panneau souple à l’aide de petits tasseaux de bois afin qu’il puisse être découpé proprement.

Je dispose mes panneaux de bois découpés à côté des chutes, afin de reporter les emplacements des trous nécessaires pour accueillir des petits panneaux de bois en bas du meuble.

Le panneau à traiter (à gauche) est positionné à côté de la chute (à droite).

Le panneau à traiter (à gauche) est positionné à côté de la chute (à droite).

On perce en prenant soin de ne pas se tromper sur le diamètre des forets.

Voici le résultat une fois le report des marques effectué et les trous percés.

Voici le résultat une fois le report des marques effectué et les trous percés.

On procède à l’assemblage des goujons et des tiges de bois, en veillant à maintenir les goujons bien droits lors des premiers tours de vis.

En piste pour la fin de l'assemblage.

En piste pour la fin de l’assemblage.

On peut alors terminer le montage en suivant les instructions de la notice d’origine 🙂

Ça prend forme, bientôt terminé !

Ça prend forme, bientôt terminé !

Terminé ! Quelques photos du nouveau meuble assemblé :

Le résultat :

La naissance d’un nouveau meuble, ça se fête ! J’ai décidé de baptiser le mien SKÅLOFENSTRÜ. J’ai même réalisé la première page du guide de montage en guise d’acte de naissance.

"Ah mais non, je suis sotte, c'est du suédois !"

« Ah mais non, je suis sotte, c’est du suédois ! »

Un petit aperçu du meuble dans son habitat naturel pour finir , qui montre également à quel point il s’intègre mieux que l’objet difforme et hideux qui occupait sa place auparavant.

ikehack-before-after

Avant de clore cet article, je tenais à préciser que lors de sa rédaction, et en particulier à l’évocation du terme « ikehack », je me suis rendu compte qu’il existait un site qui référence tout plein de hacks, bidouilles et autres bricolages à base de produits Ikea. Une sorte d’Instructables mais spécialisé dans les meubles en kit suédois, en somme. Le site en question se nomme IKEA Hackers, je conseille les curieux qui, comme moi, apprécient particulièrement le fait de détourner un objet de son usage ou de sa fonction d’origine, d’aller y faire un tour. On pourra y trouver, en vrac, des petits montages pratiques, des idées déco innovantes, et des hacks de plus grande envergure particulièrement impressionnants.

C’est tout pour aujourd’hui. Dans mon prochain article, on reparlera succinctement d’envois automatisés de SMS.

 Laisser un commentaire