Born to be wired
730974 visites
Uptime 76 days

Archive pour octobre 2008

 Flipper – Après le travail, le réconfort

 26 octobre 2008  Projet Arcade  Aucun commentaire
Kiwi aux commandes

Après une dure journée consacrée à la restauration du flipper, rien de mieux que de tout remonter pour s’amuser un peu…

Une piste épurée de toute poussière

Une piste épurée de toute poussière

La quasi-totalité des éléments fonctionnent. Les lampes sont puissantes, les bumpers sont opérationnels, les cibles ont trouvé une nouvelle vie (sauf la n°4, à traiter plus tard). (suite…)

 Importer une base WordPress sur un autre environnement

 26 octobre 2008  Projet Serveur  1 commentaire »
logo-wordpress

J’ai mis en place un serveur Debian virtuel qui me sert à bidouiller et à tester toutes les améliorations que je souhaite mettre en place, sans importuner le bon fonctionnement du serveur de prod. Une technique incontournable dans le monde professionnel que j’ai décidé d’appliquer en tant que particulier.

Au passage, je précise que je n’avais absolument pas envie de couper le serveur de prod pour faire le clonage des disques. J’ai utilisé une méthode dérivée de celle qui est décrite ici par Yannick afin de cloner le disque par le réseau. A chaud. Sans avoir à remonter le disque source en read-only. Comme une brute, quoi. Une étonnante démonstration supplémentaire des incroyables pouvoirs de l’open source.

Bien sûr, il a fallu faire quelques bidouilles supplémentaires pour que le serveur virtuel n’entre pas en conflit avec le serveur de prod, à savoir recompilation des modules, modif du boot loader, modif de quelques fichiers de conf et des crontab, mais là n’est pas la question.

La question est de pouvoir importer et surtout utiliser la base WordPress originale, mise en place après clonage, sur le serveur de dev. Car il y a un piège : le nom du host est inscrit à plusieurs endroits dans la base, on est donc redirigé sur le serveur source si les bonnes modifs ne sont pas effectuées.

Heureusement, la méthode est très simple :

D’abord on importe une sauvegarde de la base de prod sur le serveur virtuel. Disons la sauvegarde automatique effectuée hier soir à chaud (béni soit le jour où j’ai mis en place mes sauvegardes auto) :

mysql -u root -p <bases_20081025.sql

Puis on change quelques paramètres:

mysql -u root -p
mysql> use dbwordpress;
mysql> update wp_options
    -> set option_value =
    -> replace(option_value,'www.alphak.net','www.alphak.dev')
    -> where option_value like '%www.alphak.net%';
Query OK, 8 rows affected (0.01 sec)
Rows matched: 8  Changed: 8  Warnings: 0

Et voila, c’est prêt à être utilisé !

 Flipper – Nettoyage et réparations

 26 octobre 2008  Projet Arcade  3 commentaires
Les décors sont un peu ternes...

La première étape a été de remplacer les quelques lampes qui ne fonctionnent plus. A ma grande surprise, alors que je m’apprêtais à faire l’inventaire des composants électroniques des cartes pop bumper pour les remplacer, ceux-ci se sont mis à fonctionner à nouveau en même temps que les nouvelles lampes. Un peu étrange, je ne pense pas que les deux se trouvent sur le même circuit électrique. On s’en fiche après tout. Les bumpers sont un peu faiblards, mais si ça marche, autant ne pas y toucher :)

Quelques photos illustrant les diverses étapes d’entretien qui suivirent.

Les décors sont un peu ternes...

Les décors sont un peu ternes...

Etape n° 1 : démontage des décors pour les nettoyer. Cela laisse aussi le champ libre pour supprimer le maximum de poussières sur la piste.

Une partie des décors démontée

Une partie des décors démontés

Les décors sont assemblés par étages, il convient donc de retenir l’ordre des plateaux avant de les démonter. Certains comportent néanmoins des repères visuels pour empêcher les erreurs. En ce qui concerne le nettoyage, j’ai utilisé du Simple Green, un dégraissant puissant mais pas trop corrosif, et frotté avec le côté doux d’une éponge. Pulvérisé en trop grandes quantités, le dégraissant avait tendance à faire déteindre très légèrement les décors. La bonne recette serait probablement de le mélanger à l’eau. Comme toujours, il est plus prudent d’effectuer des tests préalables sur des petites parties du décor pas trop voyantes.

Réparation de la rampe

Réparation de la rampe

La rampe surélevée est fendue au niveau de son point d’appui. Quelques goutes de superglue permettent de lui refaire une santé. J’aurai probablement pu consolider avec des rondelles de part et d’autre. J’y penserai la prochaine fois. De toutes façons je devrai démonter à nouveau la rampe dans un avenir proche car une partie de celle-ci a fondu du fait de son positionnement à proximité d’une lampe.

Des traces de colle à supprimer...

Des traces de colle à supprimer...

Je n’apprendrai rien aux bricoleurs débrouillards, mais pour les autres, sachez qu’il existe un remède miracle pour supprimer les traces de colles récalcitrantes (entre autres) sans rayer tout le support au couteau : l’essence F. Attention à ne surtout pas utiliser ce produit sur les décors sous peine d’avoir un flipper albinos !

Une étiquette usée...

Une étiquette usée...

Dans le même genre, on décolle cette vieille étiquette. On pourra en refaire une toute neuve et ressemblante en un éclair.

Etiquettes des monnayeurs, après remplacement

Étiquettes des monnayeurs, après remplacement

Puisqu’on est dans les travaux retouche d’image et d’impression, pourquoi ne pas s’attaquer aux étiquettes des monnayeurs qui sont incomplètes ? Il manque en effet celle de 10 francs. Une photo en gros plan de l’étiquette de 5 francs, un petit coup de paint.net, une impression et 15 minutes plus tard, mes 2 étiquettes sont présentes. C’est ça le soucis du détail.

Vient enfin le moment de s’attaquer aux cibles, dont beaucoup ne fonctionnent plus. En fait l’électronique fonctionne parfaitement si on force le contact entre les deux bornes du dispositif, il s’agit donc d’un problème mécanique. On démonte donc une cible et on la passe au crible au testeur. Une étape pas facile, de gros amas de câbles dissimulent les vis de fixation. Lors du test, on se rend compte qu’on aimerait bien avoir un troisième bras. Kintaro avait de la chance…

Les cibles, vues de dessous

Les cibles, vues de dessous

Au niveau de la réparation, il a fallu prendre en compte deux aspects du dysfonctionnement.

Aspect n°1 : les contacteurs sont grippées et rouillés. On passe un petit coup de lime et on pulvérise un peu de dégrippant sur les contacts pour remédier au problème.

Aspect n°2 : le matériel a vieilli et les parties mécaniques faisant contact semblent avoir perdu en souplesse. L’envers de la cible est constitué du plusieurs lamelles superposées et maintenues entre elles par une vis et un écrou. On va donc remédier au problème en décalant une ou plusieurs lamelles diélectriques afin de rapprocher le plus possible les lamelles conductrices. Ceci est visible sur la photo, sur laquelle la cible de gauche a été traitée : la lamelle conductrice (grise) a été déplacée plus haut pour être rapprochée de la lamelle cuivrée, et une lamelle diélectrique (noire) a été déplacée tout en bas à sa place. Sur la cible de droite, pas encore traitée au moment de la photo, c’est l’inverse.

Ce fut un travail de longue haleine. Il m’a fallu quasiment une journée entière pour venir à bout de 8 cibles… Avec au final la n°4 qui ne fonctionne toujours pas, grrrrr. Il faudra trouver une solution un peu plus adaptée pour celle-là.

Stay tuned.

 Bouygues Telecom, je te hais !

 25 octobre 2008  Projet Serveur  Aucun commentaire
pear

A la base, une idée pas particulièrement révolutionnaire mais pratique quand même.

Chez Bouygtel la consultation du suivi conso est gratuite depuis internet mais pas depuis un appel du mobile (c’est décompté du forfait). En revanche, la réception des mails est gratuite sur mon mobile. J’ai donc imaginé un petit script qui se connecterait régulièrement à mon espace client, qui vérifierait que ma conso ne dépasse pas le seuil fatidique du hors forfait, et qu’en m’enverrait un joli mail dans le cas contraire. Le tout à planifier environ 2 fois par jour par crontab.

J’ai décidé que j’allais réaliser ce petit projet (3 heures à tout casser) avec le package HTTP de Pear. Seulement voila : 9 fois sur 10 l’appel à l’URL de connexion au service client remonte une exception ‘HttpMalformedHeadersException’ with message ‘Failed to parse message headers’ dans mon script. Après arrachage de cheveux, je décide d’employer les grands moyens et de voir pourquoi le header serait soi-disant malformé.

A grand coup de TCPdump, je sniffe le contenu exact des headers renvoyés par les serveurs de Bouygues :

tcpdump -vvv -XXX -p -A -s 800 -t tcp port 80

Le message qui fait planter le script est le suivant (attention ça pique les yeux) :

0x0000:  0004 76cd ff4e 0007 cb96 622a 0800 4500  ..v..N....b*..E.
0x0010:  031a 065e 4000 3706 d7c8 58dd 4931 c0a8  ...^@.7...X.I1..
0x0020:  0001 0050 e429 81a3 92ea ccfb b8dc 8018  ...P.)..........
0x0030:  0c90 be02 0000 0101 080a 80a5 94be 0084  ................
0x0040:  ed1f 4854 5450 2f31 2e31 2033 3032 204d  ..HTTP/1.1.302.M
0x0050:  6f76 6564 2054 656d 706f 7261 7269 6c79  oved.Temporarily
0x0060:  0d0a 4c6f 6361 7469 6f6e 3a20 6874 7470  ..Location:.http
0x0070:  733a 2f2f 7777 772e 6573 7061 6365 636c  s://www.espacecl
0x0080:  6965 6e74 2e62 6f75 7967 7565 7374 656c  ient.bouyguestel
0x0090:  6563 6f6d 2e66 722f 4543 462f 6a73 662f  ecom.fr/ECF/jsf/
0x00a0:  7375 626d 6974 4c6f 6769 6e2e 6a73 660d  submitLogin.jsf.
0x00b0:  0a43 6f6e 7465 6e74 2d4c 656e 6774 683a  .Content-Length:
0x00c0:  2032 3531 0d0a 436f 6e74 656e 742d 5479  .251..Content-Ty
0x00d0:  7065 3a20 7465 7874 2f68 746d 6c3b 2063  pe:.text/html;.c
0x00e0:  6861 7273 6574 3d69 736f 2d38 3835 392d  harset=iso-8859-
0x00f0:  310d 0a44 6174 653a 2053 6174 2c20 3235  1..Date:.Sat,.25
0x0100:  204f 6374 2032 3030 3820 3130 3a32 373a  .Oct.2008.10:27:
0x0110:  3136 2047 4d54 0d0a 436f 6e6e 6563 7469  16.GMT..Connecti
0x0120:  6f6e 3a20 6b65 6570 2d61 6c69 7665 0d0a  on:.keep-alive..
0x0130:  0d0a 3c21 444f 4354 5950 4520 4854 4d4c  ..<!DOCTYPE.HTML
0x0140:  2050 5542 4c49 4320 222d 2f2f 4945 5446  .PUBLIC."-//IETF
0x0150:  2f2f 4454 4420 4854 4d4c 2032 2e30 2f2f  //DTD.HTML.2.0//
0x0160:  454e 223e 0a3c 6874 6d6c 3e3c 6865 6164  EN">.<html><head
0x0170:  3e0a 3c74 6974 6c65 3e33 3032 2046 6f75  >.<title>302.Fou
0x0180:  6e64 3c2f 7469 746c 653e 0a3c 2f68 6561  nd</title>.</hea
0x0190:  643e 3c62 6f64 793e 0a3c 6831 3e46 6f75  d><body>.<h1>Fou
0x01a0:  6e64 3c2f 6831 3e0a 3c70 3e54 6865 2064  nd</h1>.<p>The.d
0x01b0:  6f63 756d 656e 7420 6861 7320 6d6f 7665  ocument.has.move
0x01c0:  6420 3c61 2068 7265 663d 2268 7474 7073  d.<a.href="https
0x01d0:  3a2f 2f77 7777 2e65 7370 6163 6563 6c69  ://www.espacecli
0x01e0:  656e 742e 626f 7579 6775 6573 7465 6c65  ent.bouyguestele
0x01f0:  636f 6d2e 6672 2f45 4346 2f6a 7366 2f73  com.fr/ECF/jsf/s
0x0200:  7562 6d69 744c 6f67 696e 2e6a 7366 223e  ubmitLogin.jsf">
0x0210:  6865 7265 3c2f 613e 2e3c 2f70 3e0a 3c2f  here</a>.</p>.</
0x0220:  626f 6479 3e3c 2f68 746d 6c3e 0a3c 2144  body></html>.<!D
0x0230:  4f43 5459 5045 2048 544d 4c20 5055 424c  OCTYPE.HTML.PUBL
0x0240:  4943 2022 2d2f 2f49 4554 462f 2f44 5444  IC."-//IETF//DTD
0x0250:  2048 544d 4c20 322e 302f 2f45 4e22 3e0a  .HTML.2.0//EN">.
0x0260:  3c68 746d 6c3e 3c68 6561 643e 0a3c 7469  <html><head>.<ti
0x0270:  746c 653e 3330 3220 466f 756e 643c 2f74  tle>302.Found</t
0x0280:  6974 6c65 3e0a 3c2f 6865 6164 3e3c 626f  itle>.</head><bo
0x0290:  6479 3e0a 3c68 313e 466f 756e 643c 2f68  dy>.<h1>Found</h
0x02a0:  313e 0a3c 703e 5468 6520 646f 6375 6d65  1>.<p>The.docume
0x02b0:  6e74 2068 6173 206d 6f76 6564 203c 6120  nt.has.moved.<a.
0x02c0:  6872 6566 3d22 6874 7470 733a 2f2f 7777  href="https://ww
0x02d0:  772e 6573 7061 6365 636c 6965 6e74 2e62  w.espaceclient.b
0x02e0:  6f75 7967 7565 7374 656c 6563 6f6d 2e66  ouyguestelecom.f
0x02f0:  722f 4543 462f 6a73 662f 7375 626d 6974  r/ECF/jsf/submit
0x0300:  4c6f 6769 6e2e 6a73 6622 3e68 6572 653c  Login.jsf">here<
0x0310:  2f61 3e2e 3c2f 703e 0a3c 2f62 6f64 793e  /a>.</p>.</body>

Le problème ? La longueur du message fait 494 octets (0x320 – 0x132 = 0x1EE soit 494), mais le header soutient mordicus que le message ne fait que 251 octets. Résultat, la classe HTTP de Pear rejette le tout en bloc sans me donner la possibilité de bidouiller le message retour.

A l’inverse, en ce qui concerne les rares réponses qui ne font pas planter le script, le content-length est correct à chaque fois.

J’ai donc l’impression qu’il y a un bug sur les serveurs de Bouygtel et surtout que je vais devoir trouver une solution de contournement en réinventant la roue, ce qui m’énerve. En attendant, j’invite les administrateurs des serveurs Web de Bouygtel à lire cette page passionnante et à en appliquer les directives.

 Un flipper pour tenir compagnie aux bornes

 25 octobre 2008  Projet Arcade  Aucun commentaire
La mamecab a trouvé un compagnon

Tout d’abord un énOOOrme merci à Arno et à ses parents qui ont bien voulu me céder cette merveille. Merci également à mon père qui m’a aidé à transporter la bête et qui accepte de lui faire squatter son garage en attendant que je sois assez riche pour avoir plus de surface…

La bête : Un flipper Gold Wings de Gottlieb, dont la déco et les logos rappelle furieusement Top Gun. Un must pour moi qui suis un fanatique des avions de chasse. On a droit à un F-15 Eagle au lieu d’un F-14 Tomcat sur le marquee, mais peu importe, des F-14 sont présents sur la piste et sur le bezel qui entoure les scores.

Ayant la flemme de faire moi-même l’inventaire, je me contenterai de reprendre le listing de l’IPDB : Flippers (4), Pop bumpers (4), Rollunder spinner (1), Rollunders (6), Multiball (2-ball), Ramp (1), Kicking target (1), Standup targets (8), Kick-out hole (1). 360-degree vertical loop on playfield. Air siren in cabinet activates when 500,000 points are scored in one shot, or when extra ball is earned, or when replay is achieved. No outlanes. La classe quoi.

Le road trip n’a pas été trop fatiguant, le flipper attendait sagement ma venue à 7km de chez mes parents. Nous sommes partis un peu à l’arrache avec une remorque et de soliges sangles pour amarrer la bête. Fait incroyable, le flipper rentre pile poil dans l’espace de la remorque. Difficulé première, son poids, évidemment. Pas moins de 4 personnes nécessaires pour le charger. Il est normalement possible de plier voire de séparer la partie verticale affichant les scores, mais sur le coup il a été impossible de trouver le mécanisme. Note pour plus part : poser la question sur un forum spécialisé arcade. A part ça, pas de difficulté particulières pour transporter et décharger.

La mamecab a trouvé un compagnon

La mamecab a trouvé un compagnon

Vient ensuite le moment de faire l’état des lieux. Le flipper est dans un état général assez bon, en tous cas tout à fait jouable. Les PCB fonctionnent toujours, le circuit son aussi, les flippers répondent bien, les anciens score sont toujours visibles. Quelques bricoles sont tout de même au menu en ce qui concerne les rénovations à lancer :

  • La prise électrique n’est pas fixée à l’intérieur.
  • Le bois est un peu attaqué au niveau des vis maintenant les pieds, mais rien d’alarmant.
  • La piste est parsemée de poussière due à l’effritement de cette même piste provoqué par le passage répété de la boule. Nettoyage à prévoir.
  • Certains éléments du décor un peu sales, un peu ternes, certains légèrement cassée. Décapage et recollage à prévoir.
  • Quelques lampes doivent être changées
  • Les pop bumpers ne semblent pas réagir
  • La majorité des cibles ne fonctionne pas
  • La sirène est absente. Substitution à prévoir.
  • Le monnayeur fonctionne (à peu près, il semble difficile). Mais il n’accepte que des francs. Prévoir un switch en parallèle pour bypasser le méchanisme.
  • Une serrure à ajouter à la porte pour stopper les curieux

Cela peut sembler beaucoup, mais ce sont des défis qui méritent d’être relevés. Les PCB étant fonctionnelles, tout est possible.

Les photos suivantes illustrent les travaux à entreprendre.

De la poussière sur la piste et quelques éléments à recoller

De la poussière sur la piste et quelques éléments à recoller

Les pop bumpers ne sont pas les originaux (d’après les photos sur IPDB). L’exploitant qui avait le flipper a dû les remplacer. Il va falloir bricoler quelques autocollants pour leur redonner l’aspect d’origine.

Les monnayeurs à bypasser

Les monnayeurs à bypasser

Actuellement la seule manière d’insérer des crédits est, soit de donner des francs au monnayeur, soit d’appuyer manuellement sur le switch derrière la porte. Je frémis à l’idée que des gens mettent leurs doigts dans l’électronique de la bête, d’autant plus que l’alimentation n’est pas loin. Il faut donc bypasser le switch et trouver une serrure pour que personne ne fourre son nez dans les entrailles du flipper.

Un coup d'aspirateur à donner...

Un coup d'aspirateur à donner...

En parlant du bloc d’alim, le voici. On remarque deux connecteurs orphelins. En consultant la notice je me rends compte qu’ils servaient à accueillir la sirène, qu’un méchant exploitant a subtilisée à l’époque. Fort heureusement la notice donne le schéma du montage, qui devrait être reproductible sans trop de problèmes en bidouillant un peu.

L'envers du décor...

L'envers du décor...

La totale, vu de dessous. Au passage, c’est une position assez inconfortable lorsqu’il s’agit de changer des composants. Mais j’y viendrai plus tard, dans le prochain article…

La suite très très bientôt, stay tuned !

 Un bar et une déco vintage pour les bornes

 25 octobre 2008  Projet Arcade  Aucun commentaire
Déco vintage du bar

Il était une fois, l’histoire d’une famille qui rêvait d’avoir un bar à domicile… Bon, autant le dire tout de suite, les quelques photos qui vont suivre ne sont pas vraiment celles de chez moi, il s’agit de chez mes parents. J’insère intentionnellement ce mini-post car cet endroit colle plutôt bien à l’univers arcade.

L’idée de départ a donc été de construire un bar pour profiter des tireuses à domicile. NB : une grande partie de ce qui est visible sur les photos vient de notre fournisseur officiel (Emmaüs, qui devrait nous donner une carte de fidélité, pour la peine).

Déco vintage du bar

Pompes à bière et déco vintage

Moi qui ne suis pas un fin menuisier, j’ai pu apporter ma modeste contribution à l’ouvrage en transformant un vieux PC en juke-box et en imposant quelques éclairages. Le PC en question est un Pentium 3 800 MHz avec XP et Meedio. Si je devais le refaire j’aurais probablement tenté Ubuntu ou Geexbox.

Stockage des verres et juke-box intégré

Stockage des verres et juke-box intégré

Mouais, pas mal, mais ça donne quoi sur le coup des 23h ? Éteignons les lumières et voyons le résultat. Pas mal. Très agréable pour inviter quelques amis à picoler des bières et gouter quelques cocktails. Les uns boivent pendant que les autres explosent des records à Stepmania ou à Street Fighter II…

De nuit, embiance tamisée

De nuit, ambiance tamisée

Changement d’ambiance avec les lumières rouges (désolé, la photo est floue). Sur les photos de l’article, il manque encore les spots de lumière noire qui ne sont toujours pas installés à l’heure où j’écris cet article.

Même scène, éclirage différent

Même scène, éclairage différent

Et les bornes dans tout ça ? Elles ne sont pas loin et squattent le bar de chez mes parents en attendant l’heureux jour où j’aurai assez de surface pour les installer chez moi. Ce n’est pas pour tout de suite. Note pour plus tard : virer cette énorme armoire à gauche qui gâche le paysage.

Les bornes dans un coin de l'entrée

Les bornes dans un coin de l'entrée.

La borne de gauche contient une CM Neogeo. La plupart du temps c’est Puzzle Bobble qui tourne dessus (parce que c’est un appeau à filles). J’ai aussi un Shock Troopers en réserve mais qui a franchement moins de succès. Sur la borne de droite, on a un connecteur jamma standard. Au niveau PCB, j’ai le choix entre Bang et Shock Troopers. Comme c’est assez rare de pouvoir jouer à des jeux de gun, c’est évidemment Bang qui squatte le connecteur la plupart du temps.

Pour m’amuser, voici ce qui vient du founisseur officiel mentionné plus haut : les cendriers, les posters rigides Lucky Luke, une partie des doseurs de Martini, tous les verres, les tasses, le P-III 800, et… les deux bornes Supreme avec leurs jeux.