Born to be wired

Articles taggés avec ‘arcade’

 Une racing cab custom WipEout-like

 15 août 2010  Bricolage, Projet Arcade  Aucun commentaire

D’habitude je n’aime pas trop colporter bêtement toutes les vidéos qui sont diffusées à foison via d’autres blogs. D’abord parce que si je le faisais, un lecteur avisé remarquerait que le news n’est pas de la plus belle fraicheur, mais aussi parce que je considère un peu que poster des vidéos à foison sur un blog sans réel commentaire à côté est un signe avant-coureur de sécheresse éditoriale. Et si je peux me permettre un commentaire purement gratuit et strictement personnel, le réchauffement climatique semble également être en mesure de propager peu à peu la sécheresse sur le PBF (paysage blogosphérique francophone).

Voila, c’est fait, je vais me faire plein d’amis blogueurs. Mais je m’en fiche puisque je ne tiens pas un blog mais un CMS :p

Une fois n’est pas coutume, je vais rentrer dans le moule et masquer ma flemme rédactionnelle et le manque de contenu actuel de ce site en postant à mon tour une vidéo dont la fraicheur laisse à désirer.

Il s’agit d’une personne qui a eu l’idée un peu folle de bâtir une racing cab un peu particulière puisqu’elle retransmet les images capturées par une caméra miniature positionnée sur un petit véhicule motorisé, et piloté sur un circuit réel par le joueur. Je ne peux que m’extasier d’admiration devant un tel montage, eu égard à l’originalité du concept, l’ingéniosité du montage, et l’inspiration WipEout’esque du circuit. Et pour cause, WipEout est un des jeux qui m’aura le plus scotché devant un écran dans ma prime jeunesse (en dehors de Street Fighter II’), le plus fait pulser d’adrénaline jusqu’au cerveau, et le plus conforté dans l’idée qu’on pouvait écouter la B.O. d’un jeu vidéo en boucle (ce qui soit dit en passant était assez difficilement concevable à l’époque pour des personnes normales).

Ce concept récolte donc mon coup de cœur ainsi que la retransmission des vidéos qui vont avec.

Racer v0.1

Racer v0.2

Plus d’infos sur le site officiel.

 Nouveau matos pour la Mamecab

 15 décembre 2009  Projet Arcade  Aucun commentaire

Lorsque je parlais de nouveau PC dans l’article précédent, avec un petit air de ne pas y toucher, j’étais en réalité déjà dans le vrai. La faute à un nouveau venu qui s’ajoute au capharnaüm de mon appartement : un PC à la config plus qu’honorable généreusement donné par Flo, que je remercie chaleureusement.

Une très belle bête à base d’Athlon 64 3500+, GeForce 6600 LE, 1 Go de RAM DDR1.

Même le boîtier en jette !

Même le boîtier en jette !

Ça serait presque trop pour une Mamecab, mais j’ai bien envie de faire un comparatif avec la config actuelle pour voir si ça booste dans les jeux les plus gourmands.

La config actuelle, qui n’est pas trop à la ramasse, comprend un Athlon XP 1800+, une GeForce 6200, avec entre 512 Mo et 1 Go de RAM DDR1. Donc à mon avis, ça risque de booster sévère. Mais je préfère ne pas m’emballer, les résultats des tests me permettront de prendre une décision mûrement pesée.

En attendant, juste pour le fun, j’ai booté la machine dépourvue de disque dur sur un Live CD de Damn Small Linux, que j’utilise aussi sur ce projet, et je n’ai pas attendu longtemps pour voir un bureau apparaître. Bureau + terminal + navigateur démarrés, la conso mémoire est en dessous de 30 Mo. C’est donc vraiment une distro idéale pour les petites configs orientées bureautique et navigation internet.

Un bureau complet et réactif pour 30 Mo et sans disque dur, que demande le peuple ?

Un bureau complet et réactif pour 30 Mo et sans disque dur, que demande le peuple ?

À la prochaine pour le résultat des tests.

PS : je sais, mes photos brûlent toujours les yeux, j’attends que les périodes de Noël soient terminées pour m’offrir un pur appareil photo à prix abordable.

 It’s a kind of magic (world)

 8 novembre 2009  Projet Arcade  Aucun commentaire

Avec le retard qui me caractérise, je voudrais relater brièvement le meeting Lyonnais des membres du fameux portail francophone de l’arcade Gamoover, meeting qui avait lieu dans la soirée du 8 octobre dernier. Un mois jour pour jour après l’évènement, il est grand temps pour moi d’écrire quelques mots à ce sujet.

Cette soirée fut l’occasion de réunir quelques membres du forum, tous amateurs d’arcade, de retrogaming et de gaming tout court, autour de quelques bornes.

Votre serviteur pris en flag en train d'essayer de perdre du poids sur Pump Pro

Votre serviteur pris en flag en train d'essayer de perdre du poids sur Pump Pro

Les protagonistes se sont donc retrouvés devant le Magic World à Lyon 5ème. L’occasion pour la plupart d’entre eux de coller un visage sur un pseudo, d’échanger du matériel, de discuter de passions communes, de frimer avec les guns arcade, et de se mettre quelques bourre-pifs par joysticks interposés 🙂

Ce fut également l’occasion de sortir du placard nos t-shirts de geeks pour les arborer fièrement sur nos épaules.

Malgré la faible surface de la salle, celle-ci reste bien équipée :

  • Outrun 2 SP (linkée à 4 joueurs)
  • Pump It Up Pro (a.k.a « La machine à transpirer »)
  • The House Of The Dead 4 (a.k.a « Shake shake shake ton uzi »)
  • Virtua Fighter 5 (a.k.a « Un bourre-pif dans ta tronche »)
  • Guitar Hero Arcade (a.k.a « Je fais des solos comme Slash »)
  • Time Crisis 4 (a.k.a « Je me planque derrière un pilier puis je fais un headshot »)
  • Mario Kart Arcade GP 2 (a.k.a « Tu la sens ma carapace bleue ? »)

Ajoutons à cela le flipper Shrek avec son mini-flip intégré et une table de air hockey, et on obtient tout ce qu’il faut pour passer une bonne soirée. A titre personnel, je regrette juste un peu que la salle ne compte pas de références du genre Street Fighter ou Metal Slug, mais on ne peut pas tout avoir.

En résumé, une bonne soirée de défoulement avec la rencontre de plein de gens sympathiques et passionnés. Le topic rétrospectif se trouve ici.

Amis Lyonnais, n’hésitez pas à vous faire connaitre sur Gamoover pour participer aux prochaines rencontres.

 Michael Jackson, ce héros (de jeux vidéo)

 26 juin 2009  Arcade Hits  1 commentaire »

À ma manière, je dédie un court article à la mémoire de Michael Jackson, qui, en dehors de ses talents musicaux, aimait les jeux vidéo. Du moins, c’est que qu’on est en droit de penser, en voyant tout le matériel et les bornes d’arcade dédiées que le chanteur possédait, et dont une bonne partie s’est évaporée dans une vente aux enchères le 24 avril dernier, semble-t-il pour renflouer ses caisses suites aux évènements survenus ces quelques dernières années.

Anciennement en sa possession, on trouvera entre autres une table de air hockey, des bornes dédiées X-Men, Super Street Fighter II, Marvel Vs Capcom, plusieurs flippers, une DDR dédiée, une Virtua Racing, une Alpine Racer 2, et surtout, merveille parmi les merveilles, le G-Loc Air Battle R-360 de SEGA, rien que ça. Père Noël, si tu me lis, j’ai été très sage, cette liste est aussi ma liste de cadeaux :p

Who's bad ?

Who's bad ?

En dehors de cela, Michael Jackson a fait une apparition plus que remarquée dans le sympathique Moonwalker, jeux vidéo adapté du film, sorti sur le System-18 de SEGA et sur consoles Megadrive et  Master System. Le jeu est un beat’em all décliné en vue 3D-iso sur arcade et 2D latérale sur consoles. On y dirigeait le King of Pop en parcourant les niveaux sur fond de quelques-uns de ses hits digitalisés (Smooth Crimal, Beat It, Bad…). Il y était même possible d’exécuter quelques enchaînements chorégraphiques agréables à l’oeil qui avaient  pour effet de détruire tous les ennemis à l’écran. Le but du jeu était de protéger des vilains méchants les tous petits n’enfants kidnappés en les récupérant au coin de ruelles sombres. Interprétez la phrase précédente comme bon vous semblera.

Bien que le jeu ne soit pas une bombe ultime, l’essayer procurera au joueur un bon moment de détente, et fera éventuellement ressurgir chez les trentenaires un brin de nostalgie. Les détails de la version arcade se trouvent ici et un test détaillé des versions consoles .

 Les dieux dépassent les bornes

 2 juin 2009  Projet Arcade  Aucun commentaire

Ce week-end, Morrigan, la déesse mythologique des jeux de café et des loisirs numériques, a déployé ses ailes et a pourfendu les airs de sa voix divine et suave :

« AlphaK, pour mettre ta foi à l’épreuve, tout ampli, juke-box, mamecab, borne dédiée ou flipper que tu toucheras durant ces deux jours seront réduit à néant ! »

Si je l’avais su, j’aurais passé le week-end à faire du tricot et à regarder les redifs de Derrick, au lieu d’aller bricoler dans le garage. Car la volonté divine est inébranlable.

  • L’OS du PC juke-box du bar plante au chargement, j’ai foutu en l’air la conf de Windows en désinstallant un soft.
  • Mon montage pré-ampli sur la Mamecab est toujours aussi sensible aux parasites des émissions GSM, malgré mes résultats précédents.
  • Le PC Mamecab ne boote plus l’OS, j’ai déclenché maladroitement le coupe-circuit de l’installation alors que tout était allumé. Après un clear CMOS je n’ai même pas d’image à l’écran. Possible panne matérielle.
  • Toute tentative de réparation immédiate s’est soldée par l’obtention d’un résultat encore plus désastreux (ainsi que pas mal de colère et de frustration).

Avec tout ça, je n’ai pas pu vérifier mes fusibles et mes niveaux de tension sur les afficheurs du flipper. Il est inutile de se mesurer à une volonté divine. J’espère juste que Morrigan se sera calmée samedi prochain…

 Tout ne va pas de mal ampli

 28 mai 2009  Projet Arcade  Aucun commentaire

Je parlais dans cet article d’un problème qui survient régulièrement sur le circuit audio de la Mamecab lorsqu’un téléphone mobile émet à proximité, qui provoque des interférences à très fort volume, ce qui est absolument désagréable pour la concentration lorsqu’on s’apprête à placer un 18 hit combo à Street Fighter.

J’ai imaginé dans le même article plusieurs palliatifs pour atténuer ce problème. Le premier d’entre eux est la reconstruction du circuit imprimé du préampli.

Le circuit utilisé jusqu’à présent présentait deux défauts importants :

  • Un défaut du point vue électrique, puisque le circuit était soudé sur une gigantesque plaque de veroboard à pistes parallèles, ce qui provoque en toute logique des capacités et des effets d’antenne parasites.
  • Un autre défaut dû à l’occupation d’espace, puisque le circuit monopolisait une place considérable sous le control panel.

Je me suis donc attelé au premier palliatif qui consiste à réimplanter les composants de manière plus propre. Au passage, je m’excuse de la piètre qualité des photos de cet article, elles ont été faites avec ce que j’avais sous la main (c’est à dire mon téléphone mobile). C’est aussi ça l’esprit McGyver.

Pour rappel, mon préampli est constitué de deux circuits intégrés LM386 dont les caractéristiques se trouvent ici. Le montage complet est tiré d’une brochure de Quasar Electronics disponible ici.

La première étape consiste à repérer les composants sur le circuit d’origine pour retracer le schéma électrique du montage. En toute logique, en reproduisant ce schéma par reverse engineering, je devrais retrouver le schéma de Quasar Electronics. Cette étape est uniquement destinée à me conforter dans la manière dont les composants sont connectés.

Ensuite vient le moment de redesigner le positionnement des composants et des pistes sur la veroboard. Si vous connaissez un software gratuit et ergonomique qui fait la même chose, je suis preneur. Pour ma part, je travaille à la main sur des feuilles à petits carreaux. C’est aussi ça l’esprit McGyver.

Rétroconception du schéma électrique et draft de l'implantation des composants sur le nouveau support

Rétroconception du schéma électrique et draft de l'implantation des composants sur le nouveau support

Mes notes de travail à main levée ne sont pas très esthétiques, mais j’aime bien les publier quand même, je pense qu’elles permettent d’illustrer le cheminement de la réflexion dans des travaux de ce type.

Une fois toute la paperasse effectuée, vient le moment de dessouder les composants de l’ancien circuit pour les réimplanter sur le nouveau. Je me rends compte que je ne sais plus où sont passées ma pompe et ma tresse à dessouder. Tant pis, on va faire ça au fer et à la pince, à l’arrache. C’est aussi ça l’esprit McGyver.

Réimplantation des composants sur la nouvelle plaque, recto et verso

Réimplantation des composants sur la nouvelle plaque, recto et verso

Le résultat est propre, l’utilisation d’une plaque à pastilles séparées devrait donner de meilleurs résultats que des veroboard à pistes parallèles. Je me suis un peu éloigné du schéma d’implantation au niveau des borniers, il y avait pas mal de connexions et j’ai préféré utiliser des fils supplémentaires au lieu de couler des litres d’étain pour tracer les pistes. J’aurais pu gagner environ 1cm de plaque, mais pour une fois j’ai préféré jouer la sécurité. J’ai aussi rajouté des borniers par rapport au montage d’origine, permettant ainsi de débrancher les fils en cas de besoin (c’est très con mais je n’y avais pas pensé la première fois).

Une petite photo pour montrer le plan de travail (un bureau reconverti pour l’occasion). Comme par hasard, et comme le veut la loi de Murphy, je retrouve ma pompe et ma tresse à dessouder au moment où le montage est terminé… No comment…

L'environnement de travail

L'environnement de travail

Le montage final terminé, je tombe en admiration devant tant de place ainsi économisée. La veroboard d’origine, une fois nettoyée du surplus d’étain, pourra servir à nouveau pour d’autres montages.

Comparaison sur les tailles respective des circuits

Comparaison sur les tailles respective des circuits

Enfin vient le moment de tester le montage. Les soudures n’ayant pas coulé en dehors des pastilles étamées, je ne passe pas par l’étape du testeur de connexion, et avance directement en case « test en environnement réel« . Par précautions, je prends tout de même des composants qui ne craignent pas trop. Je réunis donc :

  • Une batterie 12V pour l’alim
  • Un vieux lecteur MP3 taïwanais d’une capacité incroyable de 128 Mo
  • Un ampli de guitare d’entrée de gamme
Banc de test improvisé

Banc de test improvisé

Après branchement, tout fonctionne sans encombre. Le potard régule correctement l’enveloppe sonore. Je branche la sortie sur l’entrée ligne du PC, à la place de l’ampli de guitare, pour tester la stéréo. Aucun problème.

Cerise sur le gateau, lorsque je téléphone à côté du montage, je n’entends absolument aucun parasite dans les haut-parleurs. Bingo ! Il ne reste plus qu’à remonter la plaque sur la Mamecab et à voir si le fonctionnement est toujours aussi bon dans ces conditions. Si tout se passe bien, je n’aurai même pas à contruire une cage de Faraday. Stay tuned !