Born to be wired

 Archive pour la catégorie ‘Bricolage’

 Fabrication d’un capot pour installation VDI

Dans l’article précédent, j’avais mis en place un second serveur, mis sous tension automatiquement et à intervalles réguliers, destiné à héberger mes sauvegardes de données sensibles. Dans cet article, résolument orienté bricolage plus qu’informatique, je lui propose un emplacement adéquat et protégé.

Comme je l’avais indiqué précédemment, j’ai délibérément choisi un boitier slim afin de faire cohabiter mon nouveau serveur de sauvegardes à côté de mon cœur de réseau VDI, situé au fond d’un placard. Les dimensions du boitier étaient donc un élément important : une hauteur raisonnable afin de ne pas avoir à décaler en hauteur les étagères existantes, et une épaisseur réduite pour continuer à utiliser le placard. Le boitier sélectionné répondant à ces exigences, le voici positionné à l’endroit désiré :

 Chirurgie sur meuble Ikea : amputation et greffe

Une fois n’est pas coutume, ce billet sera consacré aux travaux manuels. Sa rédaction est partie du constat suivant : il me fallait à la base un petit meuble d’appoint pas cher pour accueillir, dans l’interstice entre un mur et l’accoudoir de mon canapé, l’un de mes téléphones SIP. Les détails de la mise en service de ces téléphones et les possibilités qu’ils m’offrent n’entrant pas dans le cadre de ces travaux manuels, ils seront détaillés dans d’autres articles à vocation purement technique.

Pour parvenir à mes fins, j’avais donc récupéré quelques panneaux de bois pour 5 euros au coin des bonnes affaires Ikea. Je voulais que le meuble soit rouge, mais après plusieurs visites je n’ai pas trouvé de planches rouges pourvues de chants, je me suis alors rabattu sur du noir. La découpe a été par la suite effectuée dans ma cave, à la scie égoïne rouillée, avec peu ou pas de lumière, avec peu ou pas de matériel. Il en a résulté un montage bâtard, bancal, et tout simplement moche. Bref, la sentence est sans appel : je savais déjà que j’étais une bûche en cuisine, voila que je suis également une quiche en menuiserie.

 Xbox upgrade : affichage HD / HD-ready

Nombreux utilisateurs d’une Xbox première du nom vous le diront : une fois correctement hackée, sans modification matérielle s’il vous plait, difficile de trouver un media player de meilleur qualité/prix que cette grosse boîte noire. Avec une version récente de XBMC4Xbox chargée, elle lit sans encombre à peu près tous les formats vidéo ou audio (y compris les récents H.264 et VP8), et quel que soit leur espace de stockage (disque dur interne, ou réseau avec une compatibilité UPnP-AV, NFS, et surtout SMB/CIFS).

Certes la Playstation 3, beaucoup plus récente, semble apte à rendre autant de services sans la moindre nécessité de hacking, voire même plus grâce à son support des vidéos HD. Mais le prix n’est pas le même d’une part, et la compatibilité avec la grande variété de formats semble un poil en retard par rapport à ce que l’on pourrait en attendre.

 Left 4 De-coration

Après plusieurs mois de survie en milieu hostile (c’est à dire chez moi pendant mes travaux de rénovation), et plusieurs autres mois pour relater les faits les plus marquants, me voici finalement arrivé à ce que l’on pourrait appeler la dernière étape de mon emménagement : la déco.

Inutile d’appeler Valérie Damidot, j’ai prévu de faire sobre pour les touches finales. Sobre, et geek.

Quelques mois avant mon emménagement, j’avais repéré sur le Valve Store une collection de posters reprenant les écrans de chargements des niveaux de Left 4 Dead. Fan invétéré de ce jeu (37 heures de ma vie passées ingame à l’heure où j’écris ces lignes – j’aimerais faire encore mieux, mais je manque de temps), et sous le charme des visuels en question, je n’avais néanmoins pas craqué à l’époque, car je n’avais pas la place disponible pour les afficher.

 TNT, il fallait l’ajusTNT

Important : cet article ne traite absolument pas du trinitrotoluène (C7H5N3O6). Les lecteurs ayant cliqué sur cet article dans l’espoir d’apprendre une recette de fabrication d’un puissant explosif peuvent néanmoins consulter mon papier trash sur les pommes de pin.

Voila, ça c’était une belle phrase en début d’article qui va sans aucun doute générer un taux de rebond de 99.999%, mais si ma survie dépendait uniquement de mes résultats Google Analytics, j’aurais passé l’arme à gauche depuis des années.

Je fais partie de cette tranche d’irréductibles, qui, pendant des années après le déploiement de la TNT en France, ont conservé leur vieux tube cathodique. La télévision occupe une partie infinitésimale de mon emploi du temps, et certaines chaînes du PAF sont même interdites par ma religion (la touche 1 de ma télécommande est vierge). Mais, las de voir les vieux épisodes des Simpsons incorporés en 4/3 dans un signal 16/9 affiché sur un écran 4/3 (vous suivez ?), et donc avec des bords noirs de tous les côtés, d’une part, et ayant obtenu la confirmation des services fiscaux que cela n’était pas une raison valable pour ne payer que la moitié de la redevance audiovisuelle d’autre part, j’ai fini par céder aux sirènes du consumérisme en faisant l’acquisition d’un bel écran de télévision plus adapté à la diffusion des sources vidéos actuelles.

Mais au branchement du câble d’antenne, que je n’avais jamais utilisé jusqu’alors sur le précédent téléviseur, j’ai constaté une réception particulièrement mauvaise de certaines chaînes. Cet article constitue donc un retour d’expérience destiné à ceux qui seraient dans une situation similaire.

 Illuminé ! Désilluminé !

Mettre en valeur les objets d’une vitrine grâce à un éclairage bien dosé peut parfois s’avérer plus difficile que prévu. À titre personnel, j’avais commencé cette tâche il y a fort longtemps en achetant des composants électroniques pour un petit montage custom (des LED blanches haute luminosité, montées en série sur une résistance adéquate et un vieux chargeur de téléphone mobile). Mais le résultat était légèrement décevant : éclairage pas assez uniforme, lumière trop dirigée, en plus du temps investi pour fixer les LED dans un passe-fils pour un résultat esthétiquement loin d’être folichon…

C’est pourquoi j’ai profité de mon dernier déménagement, et du démontage/remontage de la vitrine que je redoutais tant, pour me débarrasser du vieux système d’éclairage et réfléchir posément à la manière de le remplacer.

 Super green !

Prendre possession d’un nouvel appartement, c’est aussi se coltiner les joies de la déco, parfois juste un cadre ou un meuble, parfois une petite touche de marouflage, parfois une pièce entière.

En ce qui concerne mon bureau, j’ai coché la case « pièce entière ». Non pas que je n’aimais pas la peinture rose et gris clair qui recouvrait la pièce avant mon emménagement – c’était du plus bel effet – mais je ne voyais pas ces couleurs dans la pièce qui allait devenir mon espace de travail et de stockage de toute ma panoplie d’objets tendance geek (matériel informatique, BD, comics, mangas, figurines).

Il me fallait donc repenser les couleurs. Seulement, comment faire quand on est comme moi un véritable handicapé de la décoration, pour qui le simple choix entre deux nuances de couleurs déclenche une réflexion métaphysique de plusieurs heures ? Ci dessous quelques astuces qui, je l’espère, pourront servir à d’autres laissés pour compte du skill « aménagement d’intérieur ».