Born to be wired

 VDI – Cœur de réseau

J’en conviens, il est un peu pompeux d’appeler « cœur de réseau » un ensemble d’équipements uniquement composé d’une mini-baie de brassage et d’un switch. Mais techniquement, voila de quoi il s’agit. Voici donc le récit de comment j’ai équipé mon placard d’entrée.

À vrai dire, initialement, je comptais me passer de la baie de brassage et brancher les câbles Cat6 directement sur le switch en les sertissant, mais je ne savais pas à l’époque, candide et naïf que j’étais, que le diamètre d’un brin Cat6 est sensiblement plus gros qu’un brin Cat5, ce qui rend le sertissage impossible dans un connecteur Cat5, à moins peut-être de le dénuder, ce que je n’ai pas testé, et qui de toutes manières n’est pas conseillé.

Mes recherches m’ont appris que le Cat6 se sertissait dans un connecteur communément appelé connecteur Cat6 – c’est dingue comme la nature est bien faite. Ce connecteur présente la particularité coquine de présenter ses emplacements de brins non pas en ligne droite comme sur un bon vieux Cat5 des familles, mais en quinconce comme sur une bonne vieille formation de légionnaires romains prêts à en découdre ! Et alors là, bon courage pour tenter le sertissage !

01-cat5-cat6

Pour ma part, je n’ai même pas essayé. Quelques minutes de surf sur Amazon m’ont convaincu du bien-fondé de l’investissement dans une mini-baie de brassage Cat6 à 25 € alliée à l’économie d’une journée d’emmerdes due au sertissage en quinconce d’une demi-douzaine de câbles Cat6, perché au sommet d’un escabeau et la tête à moitié enfoncée dans un placard.

Raccordement terminé, baie vue de face

Raccordement terminé, baie vue de face

C’est ainsi qu’à la réception de ma petite baie 12 ports, j’entamais le raccordement de mes brins. J’ai câblé de telle sorte que les liaisons soient utilisées en gigabit 1000BASE-T (c’est à dire les 4 paires dédiées au réseau informatique), mais j’ai laissé un connecteur sur deux inoccupé dans la baie, afin de pouvoir brasser aussi du téléphone ou de la TV sur la même liaison si nécessaire, sans avoir à tout décâbler ni utiliser des splitters à tire-larigot.

Raccordement terminé, baie vue de dessus

Raccordement terminé, baie vue de dessus

Le montage ne serait pas complet sans un switch, gigabit évidemment. J’ai opté pour un Netgear 8 ports GS108E. Si on en croit le constructeur, il gère la QoS, les VLAN, le port mirroring , et même la vaisselle, la lessive, et le repassage. Notez que je ne me sers pas des 3 dernières options. Son seul défaut : pas d’interface HTTP ni telnet, il n’est administrable que sous Windows. J’en aurais bien pris un PoE, afin de pouvoir m’affranchir de l’adaptateur secteur pour une caméra IP ou des téléphones SIP (houla, je suis en train de spoiler les prochains articles !), mais pour les particuliers, c’est encore très cher. D’ici une dizaine d’années, peut-être…

Un switch pas mauvais, pas bruyant, et pas cher.

Un switch pas mauvais, pas bruyant, et pas cher.

Le montage final enfin : switch et baie vissés au mur. Double-prise électrique et goulotte passe-fils installés spécifiquement pour l’occasion.

Montage terminé ! À moi les orgies de gigabits dans toutes les pièces de l'appart' !

Montage terminé ! À moi les orgies de gigabits dans toutes les pièces de l’appart’ !

Trois remarques :

  • La baie n’est pas reliée à la terre. Sur la photo, du moins. Car dans la réalité, j’ai bricolé une prise électrique mâle branchée sur la seconde prise murale, dans laquelle la phase et le neutre ne sont pas reliés, seule la terre arrive en bout de câble connectée à la carcasse de la baie. Il y avait probablement moins compliqué, comme sortir directement un fil de terre d’une des deux prises murales, mais mon montage est démontable sans bavure.
  • Le départ de fibre optique se situe dans le même placard. Je n’ai plus qu’à attendre que mon opérateur d’immeuble se bouge la nouille et vienne m’installer mon BAB tant attendu. Je l’aurai un jour, je l’aurai.
  • Les plus perspicaces d’entre vous, enfin je veux dire, les plus perspicaces de tous ceux qui auront continué leur lecture jusqu’à ce stade sans retourner jouer à Candy Crush Saga sur Facebook au bout de 8 secondes, se demanderont pourquoi il y a 6 cordons sur le switch et seulement 5 dans la baie. Mais où est donc passé le 6ème cordon ? Ce sujet, qui, je l’admets, s’avère être la principale source de questionnement des conspirationnistes, juste derrière l’assassinat de Kennedy, l’affaire Roswell, et la toupie qui vacille à la fin du film, va trouver une réponse aujourd’hui : ce cordon part dans la goulotte passe-fils, est guidé à l’intérieur de celle-ci sur la droite de la photo, puis descend d’1.50 m et débouche dans une niche où se trouve mon serveur. Pourquoi ne suis-je pas passé par un câble réseau donnant sur une prise murale, comme pour tout le reste de l’installation ? Tout simplement car la proximité du serveur avec le cœur de réseau rendait cela possible, et comme le serveur se trouve à l’intérieur d’un mur (je spoile encore un peu en vous disant que je vous expliquerai tout cela au prochain article), l’utilisation de la prise murale la plus proche pour le connecter aurait été légèrement disgracieuse. Avec cette technique, je planque les câbles et le matériel, et je libère une prise murale par la même occasion.

Voila, c’est tout pour aujourd’hui. Dans mon prochain article, je dévoilerai, comme suggéré plus haut, comment recycler un emplacement totalement inutile en un endroit de premier choix pour y loger un serveur.

[ Source photo 1 ]

 4 commentaires pour “VDI – Cœur de réseau”

  1.  KOTB

    BRAVO ! C’est net et sans bavure….y a du métier !!!!

  2.  AlphaK

    J’ai eu un bon prof 🙂

  3.  Py

    Bonjour,
    Superbe installation ! Merci pour le partage !
    Je m’orient vers ce type d’installation et je me demande quel cable vous avez utilisé entre le panneau de pbrassage et le switch ?

    Cdlt

  4.  AlphaK

    Bonjour,
    Merci, ce sont des cordons patch souples RJ45 F/UTP CAT6 de 1m, commandés chez Abix.com ref. 852513 🙂
    http://www.abix.fr/cordon-patch-rj45-f-utp-cat6-gris-1m-852513.html

 Laisser un commentaire