Born to be wired

 Tout ne va pas de mal ampli

Je parlais dans cet article d’un problème qui survient régulièrement sur le circuit audio de la Mamecab lorsqu’un téléphone mobile émet à proximité, qui provoque des interférences à très fort volume, ce qui est absolument désagréable pour la concentration lorsqu’on s’apprête à placer un 18 hit combo à Street Fighter.

J’ai imaginé dans le même article plusieurs palliatifs pour atténuer ce problème. Le premier d’entre eux est la reconstruction du circuit imprimé du préampli.

Le circuit utilisé jusqu’à présent présentait deux défauts importants :

  • Un défaut du point vue électrique, puisque le circuit était soudé sur une gigantesque plaque de veroboard à pistes parallèles, ce qui provoque en toute logique des capacités et des effets d’antenne parasites.
  • Un autre défaut dû à l’occupation d’espace, puisque le circuit monopolisait une place considérable sous le control panel.

Je me suis donc attelé au premier palliatif qui consiste à réimplanter les composants de manière plus propre. Au passage, je m’excuse de la piètre qualité des photos de cet article, elles ont été faites avec ce que j’avais sous la main (c’est à dire mon téléphone mobile). C’est aussi ça l’esprit McGyver.

Pour rappel, mon préampli est constitué de deux circuits intégrés LM386 dont les caractéristiques se trouvent ici. Le montage complet est tiré d’une brochure de Quasar Electronics disponible ici.

La première étape consiste à repérer les composants sur le circuit d’origine pour retracer le schéma électrique du montage. En toute logique, en reproduisant ce schéma par reverse engineering, je devrais retrouver le schéma de Quasar Electronics. Cette étape est uniquement destinée à me conforter dans la manière dont les composants sont connectés.

Ensuite vient le moment de redesigner le positionnement des composants et des pistes sur la veroboard. Si vous connaissez un software gratuit et ergonomique qui fait la même chose, je suis preneur. Pour ma part, je travaille à la main sur des feuilles à petits carreaux. C’est aussi ça l’esprit McGyver.

Rétroconception du schéma électrique et draft de l'implantation des composants sur le nouveau support

Rétroconception du schéma électrique et draft de l'implantation des composants sur le nouveau support

Mes notes de travail à main levée ne sont pas très esthétiques, mais j’aime bien les publier quand même, je pense qu’elles permettent d’illustrer le cheminement de la réflexion dans des travaux de ce type.

Une fois toute la paperasse effectuée, vient le moment de dessouder les composants de l’ancien circuit pour les réimplanter sur le nouveau. Je me rends compte que je ne sais plus où sont passées ma pompe et ma tresse à dessouder. Tant pis, on va faire ça au fer et à la pince, à l’arrache. C’est aussi ça l’esprit McGyver.

Réimplantation des composants sur la nouvelle plaque, recto et verso

Réimplantation des composants sur la nouvelle plaque, recto et verso

Le résultat est propre, l’utilisation d’une plaque à pastilles séparées devrait donner de meilleurs résultats que des veroboard à pistes parallèles. Je me suis un peu éloigné du schéma d’implantation au niveau des borniers, il y avait pas mal de connexions et j’ai préféré utiliser des fils supplémentaires au lieu de couler des litres d’étain pour tracer les pistes. J’aurais pu gagner environ 1cm de plaque, mais pour une fois j’ai préféré jouer la sécurité. J’ai aussi rajouté des borniers par rapport au montage d’origine, permettant ainsi de débrancher les fils en cas de besoin (c’est très con mais je n’y avais pas pensé la première fois).

Une petite photo pour montrer le plan de travail (un bureau reconverti pour l’occasion). Comme par hasard, et comme le veut la loi de Murphy, je retrouve ma pompe et ma tresse à dessouder au moment où le montage est terminé… No comment…

L'environnement de travail

L'environnement de travail

Le montage final terminé, je tombe en admiration devant tant de place ainsi économisée. La veroboard d’origine, une fois nettoyée du surplus d’étain, pourra servir à nouveau pour d’autres montages.

Comparaison sur les tailles respective des circuits

Comparaison sur les tailles respective des circuits

Enfin vient le moment de tester le montage. Les soudures n’ayant pas coulé en dehors des pastilles étamées, je ne passe pas par l’étape du testeur de connexion, et avance directement en case « test en environnement réel« . Par précautions, je prends tout de même des composants qui ne craignent pas trop. Je réunis donc :

  • Une batterie 12V pour l’alim
  • Un vieux lecteur MP3 taïwanais d’une capacité incroyable de 128 Mo
  • Un ampli de guitare d’entrée de gamme
Banc de test improvisé

Banc de test improvisé

Après branchement, tout fonctionne sans encombre. Le potard régule correctement l’enveloppe sonore. Je branche la sortie sur l’entrée ligne du PC, à la place de l’ampli de guitare, pour tester la stéréo. Aucun problème.

Cerise sur le gateau, lorsque je téléphone à côté du montage, je n’entends absolument aucun parasite dans les haut-parleurs. Bingo ! Il ne reste plus qu’à remonter la plaque sur la Mamecab et à voir si le fonctionnement est toujours aussi bon dans ces conditions. Si tout se passe bien, je n’aurai même pas à contruire une cage de Faraday. Stay tuned !

 Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.