Born to be wired

 Comme une envie de bezel

Cela faisait un moment que je devais réaliser ce montage, tout comme cela faisait un moment que de devais écrire ce billet. Je vais donc essayer de rattraper mon retard ainsi que les articles en attente qui s’accumulent, tout doucement.

Comme vous l’aurez probablement compris à la lecture de ce titre dont la profondeur et le lyrisme laissent sans voix, cet article est consacré au bezel. Car qui dit nouvel écran (plus grand) dit nouvel bezel (plus ouvert). Dans la foulée, j’ai aussi essayé de réduire les défauts du premier ouvrage.

À propos, pour ceux qui s’intéressent à l’histoire complète, le premier billet consacré au bezel (le premier aussi), se trouve ici.

Pour commencer, après avoir correctement centré et orienté l’écran, j’ai mesuré une nouvelle fois les dimensions de l’écran dans le cadre, et reporté ces dimensions sur le premier bezel, qui je le rappelle est en carton. Après une belle chirurgie au cutter de celui-ci, j’obtiens une ouverture superposable à l’écran, qui permet d’avoir une visibilité sur toute sa surface quel que soit le point de vue du joueur.

Aperçu sous différents angles

Aperçu sous différents angles

Étape n°2, qui a déjà fait ses preuves sur Bezel Ier, fondateur de la dynastie des Bezeliens, consiste à coller du ruban adhésif noir plastifié tout autour de la surface d’affichage, afin de faire disparaitre les bordures blanches disgracieuses que l’on peut voir quand le cache est en place et qu’on se situe près de l’écran. Le plastique est étirable, il est donc parfait pour les recoins un peu arrondis ou pas tout à fait en angle droit, à condition de bien appuyer, et de bien nettoyer les contours de l’écran avant la pause.

Maquillage à base de ruban adhésif plastifié

Maquillage à base de ruban adhésif plastifié

Au passage, on en profite pour faire une mise à jour de Windows, et pour tester la plaque de bois achetée chez Casto pour le futur control panel (lui aussi sur ma liste).

Étape n°3, on cherche dans les morceaux de bois disponibles une plaque assez grande pour couvrir toute la surface à cacher, et le plus fine possible. Contrairement au carton, le bois ne se déformera pas et donnera un aspect un peu plus sérieux à l’ouvrage. La seule plaque que j’ai trouvée était parfaite, puisque l’une de ses faces est lisse, ce qui rendra la travail de peinture et de décoration plus facile. On reporte les dimensions sur la plaque et on découpe. On teste. On ajuste. On teste. On ajuste. Etc…

Comparaison nouveau bezel / ancien bezel découpé

Comparaison nouveau bezel / ancien bezel découpé

Dernière étape fatigante de la journée, la plus épuisante en réalité, ajouter le support des barres du EMS TopGun. Avec toutefois une contrainte importante : faire tenir ces foutues barres en plastique alors que le bezel est légèrement incliné en arrière.

La solution suivante a été adoptée : coller deux barres de bois, plus grandes et plus larges que les barres du TopGun, épaisses d’environ 2cm, de chaque côté du bezel. Rogner l’ensemble (bezel + plaques de bois) sur une surface correspondant à celle du récepteur du TopGun, grâce à la scie sauteuse et au rabot. Derrière, positionner deux équerres par plaque de bois, qui se chargeront de retenir la barre pour que celle-ci ne tombe pas en arrière. Les miennes ont été faites à partir de baguettes de duralumin qui trainaient. L’ajustement de tout le montage a dû prendre environ 2 heures, avec 75% de temps passé au rabotage. Tout se joue au millimètre.

Un petit aperçu du résultat presque finalisé (il reste à limer le haut du trou, la lame de la scie sauteuse avait tendance à partir en diagonale).

Gros plan de la bête encastrée, après moult efforts

Gros plan de la bête encastrée, après moult efforts

Au passage, j’en ai profité pour ressortir la vitre d’origine de la borne afin d’avoir un aperçu du résultat final. Ô malheur, j’avais oublié la sérigraphie sur la vitre, avec des motifs qui viennent se positionner à l’endroit des diodes émettrices du TopGun ! Après quelques mesures plus précises, la déco de la vitre ne gène finalement pas, mais encore une fois, cela se joue au millimètre.

Avant de continuer, il est temps de lancer une petite partie de House of the Dead 3 pour voir la réactivité du gun avec ce montage. Mouais…… Le gun est un peu moins précis et lâche la synchro par moments. Pas étonnant, les barres du TopGun sont plus éloignées, et légèrement inclinées. Elles sont aussi totalement contre les parois verticales qui avancent vers le joueur sur quelques centimètres, on peut donc dire que la vue n’est pas totalement dégagée. Il faut aussi se positionner plus loin pour jouer. Je commence à me rendre compte que j’ai fait une grossière erreur en ne prenant pas la peine de tester le positionnement final de l’appareil avant de m’attaquer à la réalisation.

Ce n’est pas la fin du monde, mais je suis un peu déçu. Lors de la prochaine étape, je m’attarderai à bien positionner ces barres et à faire des tests plus poussés, quitte à refaire des trous plus proches du centre si la qualité de jeu est au rendez-vous. Après seulement, on pourra passer à la peinture et à la déco.

Une dernière photo d’ensemble en attendant ce jour là…

Résultat final, vue d'ensemble

Résultat final, vue d'ensemble

 Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.